La pratique chinoise Arch Studio a rénové un hutong abandonné à Pékin, faisant une maison avec des murs de verre incurvés autour des cours intérieures.

À l'origine, le hutong était un style de résidence dans la cour connue sous le nom de siheyuan.

Qishe Courtyard by Arch Studio

Le projet est appelé Qishe Courtyard pour les sept structures originales – qishe se traduit par sept maisons – qui se trouvaient sur le site.

Ces sept structures de base en bois étaient intactes, mais leurs toits, murs et fenêtres étaient tombés en ruine.

Qishe Courtyard by Arch Studio

Lorsque Arch Studio a entrepris le projet, les cours de la maison étaient remplies de structures temporaires et de déchets.

Plutôt que de simplement restaurer la conception originale, les architectes ont préservé les matériaux d'origine mais ont amélioré la circulation pour unir les espaces disparates dans une seule et grande maison.

Qishe Courtyard by Arch Studio

"Nous avons intégré une véranda – un élément de base de l'architecture traditionnelle chinoise – dans l'ancien siheyuan pour relier les sept maisons à toit en pente distinctes", a déclaré le cabinet.

"La véranda fonctionne comme une voie de circulation, remodèle le modèle spatial et les couches et offre une expérience de marche ludique ainsi que des vues fantastiques."

Qishe Courtyard by Arch Studio

La façade et l'entrée ont été en grande partie conservées et reconstruites à l'aide des briques grises d'origine.

À l'intérieur, il a été ouvert pour créer un espace de garage qui se trouve en face de la porte d'origine de la maison.

Qishe Courtyard by Arch Studio

Le long du bord est de cette entrée, un aperçu des ajouts contemporains peut être vu à travers une section de mur formée du toit qui descend jusqu'au sol.

La nouvelle véranda de la cour de Qishe commence par un balayage ascendant vers la cour centrale en forme d'arc.

Qishe Courtyard by Arch Studio

Cet espace de cour moyenne, en forme d'arche en plan, est entouré de vitrage.

Un salon de thé, une salle à manger et un salon entourent cette cour centrale, abritée par un toit en bois aux poutres apparentes.

Qishe Courtyard by Arch Studio

"La salle à manger a une porte coulissante, qui peut ouvrir complètement l'intérieur vers l'espace extérieur et étendre les activités intérieures à la cour", a déclaré le cabinet.

Une autre cour à l'arrière est entourée des zones les plus privées de la maison.

Qishe Courtyard by Arch Studio

Deux chambres, un bureau et un salon de thé plus petit face à cette cour avec les murs vitrés courbes de la véranda, qui ondule pour accueillir trois arbres existants.

Le bloc chambre est protégé par un paravent en bois.

Qishe Courtyard by Arch Studio

Le bambou laminé a été utilisé pour les nouveaux éléments, y compris les portes et les cadres de fenêtres, pour compléter la structure en pin existante.

Les toits des anciens bâtiments de la cour de Qishe ont dû être reconstruits pour l'étanchéité et l'isolation, puis recouverts de leurs tuiles grises d'origine.

Qishe Courtyard by Arch Studio

En revanche, le toit des nouvelles zones est fini avec du mortier polymère gris.

Les déchets de bois trouvés dans les cours des bâtiments d'origine ont été utilisés pour créer de nouveaux meubles.

Qishe Courtyard by Arch Studio

Les objets récupérés comme une meule ont été transformés en pots de fleurs et en ornements.

De nombreux projets précédents d'Arch Studio ont travaillé avec des typologies de cour.

Qishe Courtyard by Arch Studio

Récemment, la pratique a utilisé une approche similaire consistant à unir plusieurs structures abandonnées à Pékin avec une passerelle sur le toit pour créer une série de cours et d'espaces de travail.

La photographie est de Wu Qingshan.


Crédits du projet:

Bureau d'études: Arch Studio
Chef designer: Han Wenqiang
Concepteur de projet: Wang Tonghui
Conseil en structure: Zhang Yong, l'ère du bambou
Conseil mécanique et électrique: Zheng Baowei, Yu Yan, Li Dongjie
Conseil en éclairage: Dong Tianhua
Conseil en usine: Zhang Xiaoguang
L'édition d'image: Wang Tonghui, Wen Chenhan
Équipe de construction: Chen Weixing, l'ère du bambou